15 mars 2007

Voyage en Chine - première partie

A 18h45 je suis bien calé dans mon siège. Le Boeing 777 d'Air France s'ébranle et décolle en douceur nppile à l'heure. Inutile de regarder par le hublot il fait déjà noir. En prenant l'apéro j'essaye de regarder le dernier James Bond. Désolé James mais tu es vraiment trop pénible. J'ai bien faim alors je profite du diner en essayant la spécialité chinoise "poulet sauce aigre-douce et riz". Autant e mettre dans le bain tout de suite. Le dessert est servi aux environs de Stockholm et le calvados vers Gdansk. Ensuite je dors comme un bébé jusqu'au petit-déjeuner servu-i au dessus de Oulan Bator capitale de la Mongolie. Je remont le volet du hublot. Juste en dessous il y a comme une ville fantôme. Sous la neige, on devine des structures qui n'ont rien de naturelle.

quelque part au dessus de la Mongolie

Finalement nous arrivons à Pekin - Beijing sans problème. Un vol sans histoire, un voisin très tranquille, un équipage attentionné.

16 mars aéroport de Pékin. Le passage à l'immigration est beaucoup plus rapide qu'en Inde et en plus on peut noter le fonctionnaire en direct. Un système automatique prend votre température à la volée!

Je récupère ma valise pour la reposer à un autre comptoir quelques mètres plus loin, pourtant elle était enregistrée pour ma destination finale! Il ne me reste plus qu'à attendre trois heurs pour le vol suivant. Avec mes compagnons de voyages qui sont plutôt du genre détendus, le temps passe vite. Je commence à avoir un petit creux et je me laisse tenter par un bol de nouille. Délicieux, surtout le bouillon.

Le vol de Hohhot est annoncé, en route pour la Mongolie intérieure.

Un autre vol sans histoire et je suis enfin dehors, cela fait 20h que je suis enfermé j'ai besoin de bouger et je crève de chaud. Je veux du froid et là c'est la déception, je suis en Mongolie et il ne fait même pas froid. Tout est gélé cependant, seulement ici l'air est si sec que la sensation de froid est retardée.

L'INNER MONGOLIA HOTEL est grandiose, le hall abrite entre autre une immense statue de Gengis Kan. Il nous surveille, impérial, on ne me demandera que 40 euros pour occuper une chambre. Cool le mec!

Inner Mongolia Hotel

Inner Mongolia Hotel

Il n'est que 6h et il fait déjà nuit. Inutile de penser aller faire un tour dehors, d'ailleurs nos hôtes nous fixent rendez vous à 7h pour aller dîner. La ville est immense, les rues ont six voies pour les voitures et une pour le vélo. Partour de constructions, nous roulons roulons, vers où? J'ai peu à peu l'impression que la densité d'immeuble diminue. Et si nous n'allions pas dîner en ville mais à la campagne? Cette fois nous avons quitté la ville, la route ressemble plus aux routes indiennes, c'est à dire à un chemin de terre touts juste carossable. Je me prends à rêvr d'un diner sous une yourte. Cette fois il n'y aplus rien que la steppe éclairée pas les phares du 4x4 et juste sur le côté deux yourtes. Bingos! Ma joie et de courte durée, à l'image du désapointement de nos hôtes. C'est fermé! La voiture roule à nouveau. Peu à peu la lumière revient, les voies s'élargissent, nous sommes de retour en ville. Soudain nous prenons au travers d'un parc et stoppons. Tout autour de mois des petites yourtes... en bétons! Il s'agit d'un restaurant et chaque fausse yourte est un salon privé où l'on peut tenir à huits personnes environs. Sitôt la porte refermée une chaleur toute relative nous enveloppe.

Inner Mongolia Hotel

Hohhot Mongolie intérieure

Ensuite? impossible de tout décrire, mais la table s'est rapidement retrouvée couverte de plats de toutes sortes, amenés d'une cuisine située je ne sais où. Béton ou pas l'atmosphère y est! Croyez moi sur paroles et surtout après deux bouteilles d'ene Eau de Vie très particulière.

Inner Mongolia Hotel

Hohhot Mongolie intérieure

Inner Mongolia Hotel

Hohhot Mongolie intérieure

17 mars 8h: même pas mal à la tête! je jette un oeil dehors, le paysage n'est pas inoubliable! je suis en pleine forme pour un petit déjeuner faits de plats chinois délicieux. ensuite boulot, visite d'usine, discussions, promesses... blabla, on verra bien dans un ou deux mois ce qu'il en restera. 14h la partie boulot est terminée, nous allons au restaurant - coréen. notre hôte s'éclipse un moment et revient les bras chargés de quatre bouteilles. je pense, j'espère en fait qu'il s'agit d'un cadeau. quatre bouteilles, quatre invités, le compte semble bon. seulement l'idée était toute autre, hier deux bouteilles, alors aujourd'hui quatre, et demain ? je n'ose pas imaginer, de toute façon nous serons partis. le plus dur reste à faire, ne pas perdre la face… ne n'ai pas perdu la face mais j'ai rarement été aussi pété de ma vie, pire qu'à séville il y a deux ans. le bon côté des choses est que je n'ai pas été malade et que je n'ai même pas eu mal à la tête. ils sont forts ces chinois ! a ce moment je ne savais pas que le pire était à venir. quelques jours plus tard. quand nous sortons de table, il fait encore jour, nous avons le temps de visiter un temple avant de reprendre l'avions pour pékin. je marche presque droit, je sais encore où se trouve le déclencheur sur mon appareil alors tout va bien!